Depuis l’aube de l’humanité, des individus se sont regroupés en clans, cités, bourgs, villages, villes etc. Ces dernières entités se sont, par la suite, alliées ; ces alliances se créent généralement autour d’une personne, d’un conseil, donnant naissance aux premiers royaumes et empires. L’état des lieux aujourd’hui a grandement évolué : ces structures traditionnelles se sont progressivement effacées au profit de concepts comme l’État, la nation ou encore le pays.

Géographiquement parlant, on compte 7 continents : l’Afrique, l’Europe, l’Asie, l’Amérique du Nord (incluant l’Amérique Centrale), l’Amérique du Sud, l’Océanie et l’Antarctique. De ces continents, seul l’Antarctique est dépourvu d’États (même si de nombreux pays tentent de s’approprier ce continent de par l’immense réserve en énergies fossiles – gaz et pétrole – qui s’y trouvent). L’apparition des pays que l’on connaît aujourd’hui dépend alors d’un certain nombre de facteurs, alors combien y a t-il de pays dans le monde ?

Pays reconnus par l’ONU

Un pays existe s’il est reconnu par l’Organisation des Nations Unies (ONU), c’est le critère principalement admis par la communauté internationale. L’ONU reconnaît 197 États dont 193 font partie de l’organisation. Parmi les 4 États non membres, on compte le Vatican (observateur permanent depuis 1964), la Palestine (observateur permanent depuis 2012) ainsi que les îles Cook et Niue (États associés – ayant signé un partenariat – avec la Nouvelle-Zélande). Voir la liste des membres.

Il existe un certain nombre d’États reconnus par l’ONU que des États ne reconnaissent pas. C’est le cas, par exemple, de l’Arménie (non reconnue par le Pakistan), la Chine (non reconnue par Taïwan), Chypre (non reconnue par la Turquie) ainsi qu’Israël (non reconnue par 21 États) et la Corée du Nord (non reconnue par la Corée du Sud, la France, les USA, l’Estonie et le Japon).

Il est aussi possible qu’un État soit reconnu comme tel sans l’être par l’ONU : pour ce faire, il faut qu’au moins un État membre de l’ONU reconnaisse le pays comme tel. À titre d’illustration, nous pouvons citer des États comme Taïwan, le Kosovo, l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud, la République turque de Chypre du Nord ainsi que la République arabe sahraouie démocratique. Notez cependant que le caractère officiel de ces États n’est que relatif. En effet, la reconnaissance par la Communauté Internationale est sujet à débats. Taïwan illustre parfaitement ce caractère incertain : la République Populaire de Chine exige à tout pays ayant des échanges diplomatiques avec eux de ne reconnaître qu’une seule Chine. Taïwan se revendiquant comme République de Chine, cela contraint un grand nombre d’États à ne pas reconnaître ce dernier.

onu

Noms des pays : formes courte et longue

La majorité des pays existants possèdent deux appellations : une forme longue et une courte, nous l’avons précédemment illustré avec, par exemple, la République Populaire de Chine (communément appelée Chine). La forme courte est privilégiée dans le langage courant, mais aussi dans l’enseignement et la cartographie. La forme longue, quant à elle, décrit le type de gouvernement ; cette forme est privilégiée dans les discours mais aussi dans les documents officiels : constitutions, actes notariés, législations et traités, etc.

La forme longue peut aussi décrire une réalité historique : c’est le cas de l’État fédéral de Suisse, officiellement nommé Confédération suisse (modèle abandonné en 1848). Certains États membres du Commonwealth ont, dans la forme longue, la mention « Commonwealth de – ou Commonwealth of – + nom du pays », c’est le cas de l’Australie (Commonwealth d’Australie – en anglais Commonwealth of Australia), cela va de même pour les Bahamas et la Dominique.

Il existe aussi certains États où la forme longue est privilégiée au quotidien aux dépends de la forme courte : c’est le cas de la République Tchèque (appelée Tchéquie). D’autres États sont dépourvus de forme longue : c’est le cas du Canada, de la République Dominicaine, les Émirats Arabes Unis, la Hongrie etc.

Pays, État et nation : quelle différence ?

Enfin, vient la question de la terminologie à employer. En effet, on entend et utilise des termes comme nation, État ou pays pour désigner une même réalité or, même si les réalités que décrivent ces différentes notions peuvent être étroitement imbriquées les unes aux autres, ces trois concepts désignent des réalités différentes.

Dans la langue française, le terme nation désigne davantage le peuple (un ensemble d’individus vivant en société, soumis aux mêmes lois, ayant un certain bagage culturel et historique commun, impliqués dans le devenir du pays). L’histoire commune a cependant tendance à être relayée au second plan de par la mondialisation et la cosmopolitisation de nos sociétés.

L’État désigne les institutions et le régime politique qui régissent la vie dans un pays. Ce dernier, comparé au mot pays, est préféré dans un cadre juridique (traités, accords et autres législations). Il y a différents types d’États :

État souverain : une entité juridique et politique indépendante ayant son propre territoire, gouvernement, administration, peuple, loi et armée. Néanmoins, selon les jeux d’alliances et les différents traités, il est possible qu’un État souverain ne le soit que partiellement. Cela concerne la majorité des États modernes.

État fédéral : pays dans lequel différents États fédérés se répartissent la gouvernance sur le territoire et la population. Dans ce cas de figure, l’État fédéral a l’exclusivité quant à la question des rapports internationaux. À titre d’illustration, nous pouvons mentionner les USA, le Canada, la Suisse, l’Allemagne ou encore la Belgique.

Lorsqu’une nation est majoritaire au sein d’un État, on parle d’État-nation (France par exemple). Il existe aussi un certain nombre d’États où l’on constate la coexistence de plusieurs nations ; C’est le cas de la Chine, la Belgique, l’Espagne, le Canada ou encore le Royaume-Uni.

Enfin, le terme pays désigne quant à lui un ensemble géographique délimité par des frontières (construites dans le temps par un peuple partageant valeurs et coutumes). « Pays » peut aussi servir à décrire des régions inclues dans un plus grand ensemble (exemple : Angleterre pour le Royaume-Uni ou encore les régions françaises – Pays Basque ou Ardèche par exemple –). Nous pouvons aussi parler de micro-région, désignant en France un « pays traditionnel » ou  « région naturelle », ce terme peut aussi correspondre au terroir mais aussi, dans le langage commun, aux villages (en milieu rural, le pays s’oppose aux espaces non-bâtis).

Liste des pays par lettre

 

Fermer le menu